Que vous soyez en situation de handicap depuis la naissance ou suite à un accident, parler de son invalidité s’avère parfois difficile.

Dans certaines situations, comme un entretien d’embauche, il n’est pas évident de savoir si évoquer son handicap sera avantageux ou pas.
Le candidat peut se demander si l’emploi lui a été accordé « grâce » à son handicap, afin que l’entreprise remplisse ses obligations d’emploi de travailleurs handicapés ou les recruteurs se sont uniquement basés sur ses compétences. Cette question peut également se tourner dans l’autre sens : m’a-t-on refusé ce travail à cause de mon handicap ?

Mais donc comment mettre en valeur son handicap lors d’un entretien ? Faut-il en parler ou pas ? Quand en parler ?

Nous allons essayer de répondre au mieux à ces interrogations .

Le handicap visible dès le CV ?

Le CV, cet élément incontournable des candidatures est souvent un casse-tête : quelles couleurs et police utiliser, mettre en avant les études ou l’expérience ?
Les questions sont nombreuses, mais celle qui nous intéresse ici c’est : « dois-je indiquer mon handicap sur le CV ? »

Tout d’abord, un CV est une « carte de visite » de vos connaissances et compétences. À première vue le recruteur devrait se baser sur ces éléments pour effectuer sa sélection de candidats.

Il existe néanmoins de nombreux cas de figure, chaque personne est unique et devrait construire son CV en fonction de soi.

À savoir, qu’il n’y a aucune obligation légale de mentionner son handicap sur son CV ni même pendant l’entretien.

Toutefois, si l’offre d’emploi stipule que l’entreprise est engagée en faveur de l’inclusion du handicap, le candidat peut (s’il le souhaite) indiquer son handicap sur le CV, le recruteur portera alors un œil plus attentif et bienveillant à sa candidature.

J’ai été sélectionner pour passer un entretien, dois-je parler de mon handicap invisible ?

Félicitations ! L’étape suivante est tout aussi importante que le CV : la préparation de l’entretien.

Un handicap invisible, comme le diabète, l’épilepsie ou encore la mucoviscidose nécessite souvent un aménagement des horaires.

Avant le rendez-vous il est nécessaire de bien étudier l’offre d’emploi : avoir en tête les missions qui vous concerneront, les compétences exigées mais également vérifier si l’entreprise possède une politique RH en faveur de l’inclusion.

Si l’entreprise a évoqué le souhait de recruter des travailleurs en situation de handicap il est alors préférable de parler de son handicap, surtout si un aménagement des horaires est nécessaire.

Si l’entreprise n’a pas indiqué recruter des travailleurs en situation de handicap, le candidat peut prendre le temps de cerner la structure et décider si oui ou non il souhaite parler de son handicap.

Quels éléments aborder concernant le handicap ?

Le candidat ayant pris la décision d’aborder son handicap en entretien devrait évoquer ses besoins en matière d’aménagement de poste et/ou d’horaires nécessaires pour son recrutement.

Mais comment faire lorsque le handicap est visible ?

Vivre avec un handicap, quelle que soit sa nature est difficile et demande beaucoup d’investissement, de rigueur, d’organisation et de persévérance. Autant de qualités qui sont également utiles et très appréciées dans le monde professionnel.

Le candidat devrait s’interroger sur les compétences et les qualités humaines développées « grâce » à son handicap et les présenter au recruteur afin de lui démontrer que votre handicap est une force et non pas une faiblesse.

 

L’AFIPPH, opérateur majeur du monde du handicap, accompagne les entreprises dans la concrétisation de leurs engagements : sensibilisation, accompagnement et recrutement de personnes en situation de handicap.

Ensemble, nous établissons un diagnostic de vos effectifs et de vos obligations pour trouver des solutions sur-mesure et adaptées aux enjeux de votre entreprise.

Pour plus d’informations, contactez nos délégués régionaux OETH : Image AltASSOCIATION AFIPPH