Dans le dossier de presse du comité interministériel du handicap, nous pouvons retrouver les 4 objectifs d’amélioration fixés par le gouvernement :

  1. Investir sur les jeunes générations en situation de handicap,
  2. Simplifier le quotidien et renforcer le pouvoir d’agir des personnes en situation de handicap,
  3. Accompagner sur tous les lieux de vie,
  4. Transformer la société.

Pour atteindre ces objectifs ambitieux, le gouvernement mettra en place dès le mois de septembre 2021 de nombreuses actions.

Le handicap à l’école

Chaque nouvelle année scolaire débute par ce type d’interrogations : « Ai-je choisi la bonne école pour mon enfant ? » , « va-t-il se faire de nouveaux amis » ou encore « y’aura-t-il quelqu’un pour l’aider s’il en a besoin ? ».

Les inquiétudes sont encore plus nombreuses lorsqu’on est parent d’un élève en situation de handicap.
À la rentrée 2021, plus de 400 000 élèves handicapés sont attendus dans les écoles, ils seront accompagnés par 125 500 AESH (accompagnants d’élèves en situation de handicap).

Cette augmentation est un progrès, mais jugée insuffisante par les associations qui déplorent le faible nombre de contrats à durée indéterminée, la rémunération peu attractive et des arrêts maladie non remplacés.

À partir de septembre 2021, les nouveaux professeurs pourront bénéficier d’une formation de 25 heures sur le thème de l’école inclusive. Les nouveaux Accompagnants d’élèves en situation de handicap (AESH) suivront 60 heures de formation sur le handicap.

Pour les enseignants et AESH déjà en poste, ils peuvent bénéficier de formations semblables sur la base du volontariat. Ces derniers peuvent également se renseigner seuls en s’appuyant sur des sites comme Eduscol ou Cap école inclusive.

Le certificat d’aptitude professionnelle aux pratiques de l’école inclusive (Cappei) a été lancé récemment, elle est composée de 3 parties de 144, 104 et 52 heures.

De plus, les enseignants pourront compter sur les « équipes mobiles d’appui à la scolarisation » EMAS dont l’effectif devrait augmenter de 65 à 165 dès la rentrée.

Et du côté de l’emploi ?

Comme pour l’éducation, dans le milieu professionnel, plusieurs leviers seront à actionner à partir de septembre. L’un des leviers est le déploiement de l’emploi accompagné qui bénéficiera de financements supplémentaires (15 M€) pour accompagner les personnes en situation de handicap dans l’accès et le maintien dans l’emploi.

On remarque déjà une augmentation de 20% du nombre de personnes en situation de handicap accédant à des formations professionnalisantes.

Le gouvernement souhaite continuer cette croissance en rapprochant Cap emploi et Pôle emploi pour simplifier les démarches et améliorer le service. Les conseillers seront formés au handicap et pourront répondre plus facilement aux différentes problématiques des travailleurs handicapés.

L’aide à l’apprentissage, ouverte aux personnes handicapées est prolongée jusqu’au 31 décembre 2021 et concerne toutes les tranches d’âge.

De plus, le plan de transformation des EA prévoit de créer 11 500 emplois dont 6500 en 2021.

Au sein du ministère, les ressources humaines ont également pour objectif le recrutement d’agents en situation de handicap près de 4 000 personnes seront ainsi recrutés dans la fonction publique d’Etat et 1 800 apprentis en situation de handicap sur la période 2021-2022.

 

L’AFIPPH, opérateur majeur du monde du handicapaccompagne les entreprises dans la concrétisation de leurs engagements : sensibilisation, accompagnement et recrutement de personnes en situation de handicap.

Ensemble, nous établissons un diagnostic de vos effectifs et de vos obligations pour trouver des solutions sur-mesure et adaptées aux enjeux de votre entreprise.

Pour plus d’informations, contactez nos délégués régionaux OETH : Image AltASSOCIATION AFIPPH