Le handicap visible

Image AltASSOCIATION AFIPPH

Le saviez-vous ?
1 Français sur 6 est en situation de handicap
1 personne sur 2 sera confrontée au handicap au cours de sa vie !

En France, 12 millions de personnes sont en situation de handicap. Perte d’autonomie physique pour certains, troubles psychiques, sensoriels ou cognitifs pour d’autres.

La déficience motrice couvre un ensemble de troubles (dextérité, paralysie,) qui peut entraîner une atteinte partielle ou totale de la motricité (notamment des membres supérieurs et/ou inférieurs) : Difficultés pour se déplacer, conserver ou changer une position, prendre et manipuler , certains gestes à effectuer.

Le handicap visible : du handicap moteur à la déficience physique

Le handicap visible regroupe une variété de déficiences et/ou d’affections comme les neurologiques développés, les amputations, les affections musculaires, les articulaires développées.

Difficultés pour se déplacer, pour réaliser des tâches manuelles ou se joindre à certaines activités.

Nous avons tendance à associer le handicap physique au fauteuil roulant. Or, s’il atteint la motricité du corps ou une partie du corps, et provoque donc une activité physique diminuée voire inexistante, le handicap physique comprend aussi des handicaps attribués on ne pense pas toujours, tels que : le handicap visuel, le handicap auditif , les maladies invalidantes (allergies, troubles musculosquelettiques, …) et le handicap moteur.

Qu’entend-on par handicap moteur ?

Nous avons tous en tête que le handicap moteur implique une perte partielle ou totale de la motricité qui atteint les membres supérieurs et inférieurs.

  • Difficultés pour se déplacer,
  • Pour changer de position,
  • Pour effectuer des tâches manuelles
  • Pour effectuer certains gestes.

Il existe aussi différents niveaux dans ce type de handicap. On y retrouve des déficiences légères mais invalidantes comme le rhumatisme ou l’arthrose mais aussi des déficiences plus lourdes comme l’hémiplégie, la paraplégie ou la tétraplégie.

Le handicap moteur peut aussi avoir plusieurs causes. Il peut être d’origine génétique (myopathies par exemple), accidentel ou cérébral (accident vasculaire cérébral par exemple).

Une personne souffrant d’un handicap moteur cérébral (IMC) souffre de troubles liés à une lésion cérébrale, mais ses capacités intellectuelles ne sont pas touchées.

En cas de traumatisme crânien provoqué par un accident par exemple, on peut développer des troubles moteurs comme l’hémiplégie… mais aussi des troubles qui vont impacter le comportement comme une lenteur excessive, une perte de repères dans le temps ou dans l’espace, l’excitabilité, la désinhibition.

@SAVOIR :

  • 1,5% de la population française adulte est atteinte de troubles moteurs isolés, ce qui représente environ 850 000 personnes.
  • Le fauteuil roulant n’est utilisé que par 25% des personnes souffrant d’un handicap moteur.